Dans ma Bubulle

04 janv. 2015

Projet professionnel II : énoncé - note - appréciation

La demande: Réaliser les dessins des douze signes du zodiaque pour un magazine de votre choix (au minimum 5 pour les plus occupés d'entre vous). Expliquez en quelques lignes, le choix du magazine, les thèmes qui y sont développés, l'idée que vous vous faites de la cible et les parties pris graphiques que vous souhaitez développer par rapport à cette analyse.

 

..................................................

 

Correcteur: Mme J.Fraud

Note : 16/20

Appréciation:Un très bon travail, vous avez su orienter le sujet afin que cela colle mieux à votre style. C'est très bien, je vous inviterais à le faire aussi pour "La Princesse au petit Pois" (projet professionnel I). Il faudrait aussi que vous fassiez évoluer vos choix de techniques, vous restez un peu trop sur vos acquis. La cible ne peut être 15 et plus. Renseignez vous, vous devez connaître votre public. Ici 14/24 ans environ. Attention techniquement: si vous voulez vraiment faire du manga, il faut investir dans des feutres. Essayez aussi la plume et le pinceau. Travaillez les pleins et déliés. Vous utilisez un feutre trop épais, qui a tendance à baver sur ce papier et vous l'accumulez par endroit pour simuler des pleins et déliés mais votre trait devient lourd. Pour les contours, osez des teintes plus vives, un travail sur le fond, à l'infographie "Manga studio ou photoshop". Ne cumulez pas hachurage plus couleur pour les autres. Personnages très bien. Bon jeu sur le format carré.

Wouha!!! j'avais peur pour les projets professionnels mais là, déjà un de réalisé et avec une bonne note à la clé plus conseils et compliments sur le travail effectué. Il faut dire que j'aurais cherché longtemps pour trouver le fils conducteur et aussi acheté tout plein de magazine adulte, enfant, ados, afin de voir lequel irait le mieux avec mon caractère et style d'illustration, ce qui ne fut pas si évident. Il m'a fallu un bon mois pour éplucher tout ceci et après, une bonne semaine pour travailler juste 6 illustrations, du moins trouver comment les mettre en scène. J'aurais aimé faire les douze mais manque de temps, malheureusement.

 

 


02 janv. 2015

Projet professionnel I : La Princesse au petit Pois

La princesse au Petit Pois

« Il était une fois un prince qui voulait épouser une princesse, mais une vraie princesse. Il fit le tour de la terre pour en trouver une mais il y avait toujours quelques chose qui clochait ; des princesses, il n’en manquait pas, mais étaient-elles de vraies princesses ? C’était difficile à apprécier, toujours sur une chose ou l’autre ne lui semblait pas parfaite. Il rentra chez lui tout triste, il aurait tant voulu avoir une véritable princesse.

Un soir par un temps affreux, éclairs et tonnerre, cascades de pluie que s’en était effrayant, on frappa à la porte de la ville et le vieux roi lui-même alla ouvrir.

C’était une princesse qui était là dehors. Mais grands dieux ! De quoi avait-elle l’air dans cette pluie, par ce temps ! L’eau coulait de ses cheveux et de ses vêtements, entrait par la pointe de ses chaussures et ressortait par le talon, et elle prétendait être une véritable princesse !

Nous allons bien voir ça, pensait la veille reine, mais elle ne dit rien. Elle alla dans la chambre à coucher, retira toute la literie et mit un petit pois au fond du lit ; elle prit ensuite vingt matelas qu’elle empila sur le petit pois et, par-dessus, elle mit encore vingt édredons en plumes d’eider. C’est là-dessus que la princesse devrait coucher cette nuit-là.

Au matin, on lui demanda comment elle avait dormi.

Affreusement mal, répondit-elle, je n’ai presque pas fermé l’œil de la nuit. Dieu sait ce qu’il y avait dans ce lit. J’étais couchée sur quelque chose de si dur que j’en ai des bleus et des noirs sur tout le corps ! C’est terrible !

Alors ils reconnurent que c’était une vraie princesse puisque, à travers les vingt matelas et les vingt édredons en plumes d’eider, elle avait senti le petit pois. Une peau aussi sensible ne pouvait être que celle d’une authentique princesse.

Le prince la prit donc pour une femme, sûr maintenant d’avoir une vraie princesse et le petit pois fut exposé dans le cabinet des trésors d’art, où on peut encore le voir si personne ne l’a emporté.

Et ceci est une vraie histoire. »

projet pro I (croquis 1)_0001  projet pro I (croquis 2)  projet pro I (croquis 3)

projet pro I (croquis 4)  projet pro I (croquis 5)

 

Les trois parties de l’histoire que j’ai choisis d’illustrer sont :

« C’était une princesse qui était là dehors. Mais grands dieux ! De quoi avait-elle l’air dans cette pluie, par ce temps ! L’eau coulait de ses cheveux et de ses vêtements, entrait par la pointe de ses chaussures et ressortait par le talon, et elle prétendait être une véritable princesse !

 projet pro I (croquis 6)

 

« C’est là-dessus que la princesse devrait coucher cette nuit-là. »

 projet pro I (croquis 7)

 

« […] et le petit pois fut exposé dans le cabinet des trésors d’art, où on peut encore le voir si personne ne l’a emporté. »

projet pro I (croquis 8)

 

 

Pourquoi ce choix ?

Première illustration : D’aussi loin que je m’en souvienne, lorsque j’ai entendu pour la première fois cette histoire dans mon enfance, c’est la première image qui m’est venu en tête, celle d’une princesse que l’on prenait pour une pauvresse un peu comme pour l’histoire de Cendrillon. Et comme deux vieux proverbes disent : « L’habit ne fait pas le moine » et « il ne faut pas juger la personne au premier aperçu ! ».

Deuxième illustration : De même, cela remonte à mon enfance mais cette fois ci, c’est quand l’on me montrait les illustrations du livre au moment que le me racontait l’histoire. Soit l’image de tous ses matelas accompagné sur leur côté, d’une immense échelle et dont au sommet de ces derniers, on aperçu une jeune fille endormi.

Troisième illustration : Pour celle-ci, cela me semble logique, c’est-à-dire, de dédié une illustration sur ce fameux petit pois, vu quand quelque sorte c’est lui le héro car sans ce petit pois, le prince n’aurai pu trouver sa princesse.

 

 

01 janv. 2015

Projet professionnel I : énoncé - note - appréciation

La demande: Faire 3 images en couleur pour illustrer le Conte d'Andersen, "La Princesse au petit Pois". Choisissez trois parties du texte que vous illustrerez et expliquez votre choix.

 

..................................................

 

Correcteur: Mme J.Fraud

Note : 13/20

Appréciation: Un très bon travail, très soigné, avec un bon potentiel. Voici mes remarques: vous allez un peu vite dans les esquisses. Vous envisagez des mises en scène efficaces et didactique mais qui restent une façon de représenter le cadre déjà relativement vu. Vous pouvez le transposer dans une époque plus récente ou styliser d'avantage les personnages. Au final, ou il y a des scènes très didactiques mais ou le décors est omniprésent (grand espace assez vides) le regard s'y perd et peine à détailler les personnages, leurs caractères. Introduisez un peu plus les autres protagonistes même si cela peut vous paraître artificiel, les scènettes sont à rendre plus vivantes. Attention à la cohérence des personnages (les yeux de la princesse sont étranges; ses cheveux semblent 2 fois plus longs dans l'illustration n°2). La perspective est un peu géométrique et froide. Regarder les décors de dantant. Le feutre est peu approprié pour des finaux, utilisez le de façon plus expressive ou d'autres techniques.  Au vu de votre style, l'infographie serait à envisager. La scène finale est trop vide, les enfants ont besoin de se raccrocher à des personnages ou une action. Travailler d'avantage les autres/lumières/ambiances.

Erf!!! Une note qui fait mal tout de même malgré une bonne appréciation et de bons conseils pour me perfectionner. Pourtant, je fais pas mal de recherche pour éviter de refaire dans le style des autres illustrateurs de livre pour enfants. J'avoue ne pas avoir pensé de faire une version "Princesse au petit Pois" Moderne. C'est vrai que cela aurait été une idée fort sympathique. Après j'aimerais faire de l'infographie, je ne dis pas le contraire mais pour cela faudrait déjà que j'arrive à dompter les bêtes de logiciels et m'en procurer quelques uns. 

 

 

10 oct. 2014

Notions de DAO (devoir n°2) Réaliser un carton d'invitation

J’ai réalisé la maquette d’invitation à la main, faute de logiciel. Je vais donc à présent expliquer comment je m’y serais pris si j’avais eu le logiciel Illustrator.

Premièrement, nous ouvrons le logiciel Illustrator, puis on créait deux nouveaux documents que l’on appellera «recto» et l’autre «verso» en choisissant le format suivant : 15*12 cm. Sachant que le document sera destiné à l’impression nous prendrons la colorimétrie suivant : CMJN.

Deuxièmement, pour effectuer le travail sur chaque document, nous travailleront principalement avec des calques ou l’on y placera les éléments individuellement comme par exemple : un calque pour le fond; un calque pour un encart; un calque pour l’écriture de l’encart; un calque pour le gros titre et la date; un calque pour les renseignements; un calque pour le personnage.

Nous aurons par la suite, une fois le travail sur l’un des calques terminé la possibilité de le «verrouillé» si l’on ne souhaite pas faire d’avantage de modification ou de travail dessus. C’est-à-dire, de rendre impossible la sélection de tout élément se trouvant dans ce calque. Si par le pur hasard, l’un des calques ne me convenait plus, j’irais sur l’une des petites icônes se situant en bas de la palette de calque qui est représenté par le dessin d’une «poubelle», qui supprimera ce dernier définitivement.

Troisièmement, nous allons enfin pouvoir commencer le travail avec le calque de «fond». Pour créer un fond et ainsi remplir toute la page mesurant 15*12 cm, nous allons utiliser l’outil «rectangle».

A savoir, on peut utiliser cet outil de deux manières différentes soit pour la première, sélectionner l’outil puis cliquer sans relâcher le clic sur le bord en haut à gauche de la page et agrandir notre rectangle en amenant la souris en bas à droite de la page. Pour la deuxième manière, il faut sélectionner l’outil puis cliquer sur la page, une fenêtre alors s’ouvre, dans laquelle on peut rentrer les dimensions voulues (cette opération marche aussi pour la plupart des autres outils).

A présent, nous allons choisir une couleur pour le fond. Pour cela nous ferons appel à la palette de couleur dans le menu fenêtre («Fenêtre/Couleur», ou encore F6), après on cliquera sur l’icône flèche (la petite flèche encerclée) situé sur la droite de la fenêtre couleur. Nous utiliserons l’option du dégradé afin d’avoir trois couleurs de marrons différents comme sur l’affiche faite main.

Quatrièmement, après avoir «verrouillé» le calque «fond», nous allons prendre le calque «encart» qui situera juste en dessus du précédent calque. Ensuite, nous allons fouiller dans la bibliothèque de formes («fenêtre/bibliothèque de formes»). Pour voir l’objet en plus grand, il suffit de cliquer dessus et de l’amenez dans la zone de travail. Une fois la forme trouvée, nous prendre l’outil sélection et nous effectuerons le même travail que pour le calque «fond» afin d’y mettre de la couleur.

Cinquièmement, nous allons utiliser le calque «écriture de l’encart» qui sera placé sous le calque «encart». Après avoir trouvé sur le site Dafont.com la police de l’écriture que l’on souhaite et après l’avoir installé sur ordinateur, nous allons cliquer l’outil Texte puis dans le Menu Texte et choisir le style de police que l’on a installé sur ordinateur, puis écrire le texte. Nous répéterons cette action, pour les calques «gros titre et date» et «renseignements».

Sixièmement, nous prendrons le calque «personnage». Afin de pourvoir créer ce dernier, nous utiliserons l’outil «plume» puis nous tracerons le contour du personnage. Nous fermerons le tracé, lorsque celui-ci sera fini d’en faire le tour.

A savoir, le tracé que l’on vient de créer est modifiable, on peut donc déplacer des points avec la flèche blanche, en enlever (plume -) en ajouter (plume +), arrondir ou rendre droit le sommet de deux segments (outil conversion de point directeur), etc.

On peut également changer l’échelle de notre personnage soit : En sélectionnant notre personnage et en l’agrandissant avec la flèche noire; En cliquant sur l’outil «mise à l’échelle» et en rentrant le pourcentage voulu. Pour le «verso», nous repéterons à peu près les mêmes opérations que se soit pour les calques «fond», «écriture» et enfin le calque «forme».

IMG_0839

 

 

09 oct. 2014

Notions de DAO (devoir n°2) énoncé - note - appréciation

La demande: Vous allez réaliser un carton d'invitation pour une soirée de Jazz qui aura lieu dans un café.

- Format 15 cm * 12 cm recto/verso (vous pouvez pour cela réaliser un fichier recto et un fichier verso, ce qui serait plus proche d'un travail tel que vous le réaliseriez pour un imprimeur, ou alors tout faire tenir dans un seul fichier et déplacer vos deux faces, avant et arrière, pour les imprimer l'une après l'autre).

- Indiquez le nom de la soirée, le lieu, l'heure, le nom du ou des groupes ... (à vous d'imaginer cela).

- Votre illustration devra être uniquement vectorielle, n'intégrez donc pas d'images. Elle devra également évoquer l'univers musical (plus ou moins directement, à vous de voir).

Vous nous rendez le document soigneusement imprimé et découpé, ainsi qu'une petite note d'une page ou deux pages environ, expliquant les différentes étapes et les moyens utilisés pour parvenir au résultat (en intégrant des croquis ou des copies d'écran).

Remarque: Si vous pouvez pas disposer du logiciel, vous pouvez toujours réaliser ce document à la main (ou dans un autre logiciel) et nous expliquer précisément les étapes et outils que vous auriez utilisés pour réaliser votre travail sur Illustrator.

Critère de notation: Originalité du travail; utilisation des potentialités du logiciel.

 

..................................................

 

Correcteur:  Mme J.Fraud

Note : 11/20

Appréciation: On sent que vous avez pas pris un vrai plaisir à réaliser l'illustration, mais que le fond de l'exercice n'est as vraiment là. Visuels inadapté à l'illustration vectorielle. Peu de lien avec l'univers graphique du Jazz. Bloc noir qui barre l'espace. L'écriture à la main peu adapté à un résultat pro. Renseignez vous sur l'ésthétique du Jazz/art déco.

Logiciel gratuit=Inkscape.

En effet, j'ai aimé faire le visuel du recto mais pas celui du verso qui demandais plus d'écriture que de déco à faire à la main car à l'occurence ici je n'ai pas le logiciel Illustrateur, puis je ne connais pas Inkscape. Après le professeur dis que cela ne fais pas Jazz mais pourtant je me suis inspirée des affiches et photos Jazz que j'ai vu... J'avoue que mon écriture à la main n'est vraiment pas adapté et limite sale, ça là dessus, je ne dirais pas le contraire. Enfin voilà!!!!

 

 


07 oct. 2014

Traitement et retouche numérique de l'image (devoir n°1)

1. Questions de cours.

a)     Expliquez en quelques lignes, la différence entre une image bitmap et une image vectorielle.

Il faut savoir, qu’auparavant l’image Vectorielle était un outil réservé qu’au logiciel Illustrator. A présent, ce dernier se retrouve dans divers logiciel, tel que : Photoshop grâce au avancé technologique et au mise à jour de certains logiciels. Une image Vectorielle est composée de lignes et de courbes définies par des objets mathématiques appelés Vecteurs, qui décrivent une image par ses caractéristiques géométriques. Ainsi, l’image Vectorielle est indépendantes de la résolution : comme elle n’est pas définies par un nombre fixe de pixels, elle peut être mise à m’importe quelle échelle et imprimé avec n’importe quelle résolution sans perte de détail ou de clarté. C’est pour cette raison, que l’image Vectorielle est parfaitement adaptée à la création de textes, de logos, ou de schémas qui doivent rester très nets à toutes les échelles.

Une image Bitmap appelée aussi image pixellisé utilise comme constituant de base le pixel. Le terme bitmap est en fait une contraction des mots anglais « bit » et « mapping » qui signifie « cartographie par points ». Ainsi, une image bitmap est une espèce d’immense canevas composé de milliers de petits carrés colorés, collés les uns aux autres et appelés pixels. Chaque pixel se caractérise par sa position dans l’image et contient des informations de couleur et de luminosité. Aussi lorsqu’on réalise un zoom avec un fort taux d’agrandissement sur une image bitmap, on voit clairement apparaître les pixels qui constituent l’image. L’image bitmap est dépendante de la résolution, ce qui signifie qu’elle contient un certain nombre fixe de pixels. C’est pour cette raison qu’elle peut avoir un aspect dentelé et perdre des détails si on les agrandit ou si on les imprime à basse résolution. Il faut également préciser et savoir, que dès qu’une image est numérisée, que se soit par le biais d’un scanner, d’un appareil numérique ou sur un support CD, c’est une image bitmap.

Il est très important de bien comprendre et de bien faire la distinction entre ces deux types d’images car leur mode de fonctionnement, leur approche et leur manipulation sont totalement différents. Notez toutefois, qu’étant donné que les moniteurs d’ordinateur représentent les images en les affichant sur une grille (l’écran étant lui aussi défini par une résolution et un certain nombre de point), les images vectorielles comme les images bitmap s’affichent à l’écran sous forme de pixels.

 

b) Imaginez que vous devez créer une affichette en couleur, destinée à l’impression offset.

Puisque mon affichette en couleur sera destinée à l’impression offset, mes sources d’images seront donc les suivantes : le scanner et l’appareil photo, ceci pour une meilleure résolution de l’image mais aussi, pour une question de droit d’auteur. Pour ce qui est de la colorimétrique, j’utiliserais le mode CMJN (Cyan, Magenta, Jaune, Noir). Ce mode étant destiné généralement pour les impressions d’images, pour obtenir une impression quadrichromie. Mon document sera ensuite enregistré sous format fichier EPS et/ou TIFF étant le format fichier requis pour les documents dédiées à l’imprimerie. Mon document ayant eu beaucoup de succès, je dois à présent fournir le même mais pour la version web. Pour cela, je vais devoir redéterminer sa résolution soit d’une qualité optimale de 300 PPP, passer à une résolution de 72 PPP. Donc redimensionner mon image. Ainsi que la passer en mode RVB (Rouge, Vert, Bleu) étant destinée pour le web. Et enfin, l’enregistrer en format JPEG et/ou PNG, en encore GIF.

Au final, j’aurais deux documents soit : un document réservé à l’impression avec une résolution de 300PPP, enregistré sous format TIFF et un document réservé au web avec une résolution de 72 PPP et enregistré sous format PNG.

 

c) Vous possédez la même image mais enregistrée dans des modes colométriques différents ; une en RBV, la seconde en CMJN et la dernière en Niveaux de gris. Quelles est la plus « lourde » et quelle est la plus « légère » ?

Généralement toutes images en mode CMJN sont des images vouées à l’impression donc elles ont pour résolution soit 300 PPP pour une impression Offset ou bien 150 PPP à 200 PPP pour une impression à jet d’encre. Conclusion, le mode CMJN la plus lourde. Les images en Niveaux de gris n’utilisent qu’une couche de couleur noire mais contiennent des informations de luminosité différentes. Par conséquent, les images de Niveaux de gris sont beaucoup plus « légère » et trois fois plus rapide à travailler qu’avec une image en mode RBV. Conclusion, le mode Niveaux de gris est la plus « légère ».

 

d) A quoi sert la palette Historique ?

La palette Historique permet d’annuler des opérations effectuées et de revenir à un état récent de l’image. En effet, chaque fois que l’on apporte une modification à une image, le nouvel état de l’image est enregistré dans la palette. Par défaut, la palette Historique répertorie les vingt états précédents. Les versions plus anciennes sont automatiquement supprimées pour libérer de la mémoire. Il est également important de savoir que lorsque l’on ferme un document, tous les états de la dernière séance de travail sont supprimés.

 

2. Recherches personnelles

Afin d’approfondir vos connaissances sur les sélections, faites des recherches sur la commande « plage de couleurs » du menu sélection, que nous n’avons pas traité dans ce cours. Pour cela, vous pouvez utiliser l’Aide de Photoshop et/ou chercher dans des livres spécialisés ou encore sur des sites Web destinés au logiciel (comment fonctionne-t-elle, avec quel outil pourrait-on la comparer, etc…).

Source des recherches : http://chlodine.free.fr/Photoshop%207.0/Aide/help.html

La commande « Plage de couleurs » sélectionne une couleur ou un sous-ensemble de couleurs dans une sélection existante ou une image complète. Si l’on souhaite remplacer une sélection, il faut veiller à tout désélectionner avant d'appliquer cette commande. Pour affiner une sélection existante, utilisez plusieurs fois la commande Plage de couleurs afin de sélectionner un sous-ensemble de couleurs.

 

Pour sélectionner une plage de couleurs avec la pipette :

1.Choisissez Sélection > Plage de couleurs.

2. Dans la liste déroulante Sélection, choisissez l'outil Pipette .

3. Sélectionnez l'une des options d'affichage : Sélection, pour n'afficher que la sélection au fur et à mesure que vous la composez; Image, pour afficher toute l'image.

4. Pointez sur l'image ou la zone d'aperçu et cliquez pour prélever les couleurs à inclure.

5. Ajustez la plage des couleurs en entrant une valeur dans la zone Tolérance ou en faisant glisser le curseur correspondant. Indiquez une valeur de tolérance inférieure pour réduire la plage de couleurs sélectionnée. L'option Tolérance sélectionne partiellement les pixels en définissant le degré d'inclusion des couleurs dans la sélection (tandis que l'option Tolérance associée à la baguette magique et au pot de peinture étend la plage des couleurs qui sont entièrement sélectionnées).

6. Affinez la sélection en procédant comme suit : Pour ajouter des couleurs, sélectionnez la pipette + et cliquez dans la zone d'aperçu; Pour supprimer des couleurs, sélectionnez la pipette - et cliquez dans la zone d'aperçu.

7. Pour afficher un aperçu de la sélection dans la fenêtre de l'image, choisissez l'une des options suivantes dans le menu Prévisualisation : Sans, pour n'afficher aucun aperçu dans la fenêtre d'image; Niveaux de gris, pour afficher la sélection telle qu'elle apparaîtrait sur une couche; Cache noir, pour afficher la sélection en couleur sur un fond noir; Cache blanc, pour afficher la sélection en couleur sur un fond blanc; Masque, pour afficher la sélection en fonction des réglages de masque définis.

8. Pour revenir à la sélection originale, maintenez la touche Alt (Windows) ou Option (Mac OS) enfoncée et cliquez sur Rétablir.

 

Pour sélectionner une plage de couleurs avec des couleurs prédéfinies :

1. Choisissez Sélection > Plage de couleurs.

2. Dans le menu déroulant Sélection, choisissez une couleur ou une gamme de tons. L'option Couleurs non imprimables n'est opérationnelle que pour les images RVB et Lab. Une couleur non imprimable est une couleur RVB ou Lab que l'impression en quadrichromie ne permet pas de reproduire.

3. Cliquez sur Sélection pour afficher les zones sélectionnées dans la zone d'aperçu.

4. Pour afficher un aperçu de la sélection dans la fenêtre de l'image, choisissez l'une des options suivantes dans le menu Prévisualisation : Sans, pour n'afficher aucun aperçu dans la fenêtre d'image; Niveaux de gris, pour afficher la sélection telle qu'elle apparaîtrait sur une couche; Cache noir, pour afficher la sélection en couleur sur un fond noir; Cache blanc, pour afficher la sélection en couleur sur un fond blanc; Masque, pour afficher la sélection en fonction des réglages de masque définis.

5. Pour revenir à la sélection originale, maintenez la touche Alt (Windows) ou Option (Mac OS) enfoncée et cliquez sur Rétablir.

Remarque : si le message «Avertissement : aucun pixel n'est sélectionné à plus de 50 %.» s'affiche, le contour de sélection ne sera pas visible. Vous avez peut-être sélectionné une couleur, comme le rouge, alors que l'image ne contenait pas la couleur complètement saturée.

Pour enregistrer et charger les réglages de plages de couleurs : Utilisez les boutons Enregistrer et Charger de la boîte de dialogue Plage de couleurs pour enregistrer et réutiliser les paramètres en cours.

 

retouche numerique (devoir 1) 4  retouche numerique (devoir 1) 5

retouche numerique (devoir 1) 1  retouche numerique (devoir 1) 2  retouche numerique (devoir 1) 3

 

 

06 oct. 2014

Traitement et retouche numérique de l'image (devoir n°1)

La demande: Ce devoir concerne la leçon I et la première partie de la leçon II. Vous pouvez le réaliser même si vous n'avez pas encore Photoshop, car il traite de cours et ne demande pas de manipulation.

 

1.Questions de cours.

Répondez précisément aux questions suivantes:

a) Expliquez en quelques lignes, la différence entre une image bitmap et une image vectorielle.

b) Imaginez que vous devez créer une affichette en couleur, destinée à l'impression offset.

- Quelles vont être vos sources pour acquérir les images nécessaires?

- Dans quel mode colorimétrique sera votre fichier et quelle sera sa résolution?

- Sous quel format de fichier devez-vous l'enregister?

Votre affichette ayant eu beaucoup de succès, on vous demande de fournir le même document, mais pour le web.

- Quelles sont les manipulations que vous devez faire sur ce fichier?

- Au final, combien de fichiers devez vous avoir et sous quel format?

 

c) Vous possédez la même image mais enregistrée dans des modes colorimétriques différents; une en RVB, la seconde en CMJN et la dernière en Niveaux de gris. Quelle est la plus "lourde" et quelle est la plus "légère"?

d) A quoi sert la palette Historique?

 

2. Recherches personnelles.

Afin d'approfondir vos connaissances sur les sélections, faites des recherches sur la commande "plage de couleurs" du menu sélection, que nous n'avons pas traité dans ce cours. Pour cela, vous pouvez utiliser l'Aide de Photoshop et/ou chercher dans des livres spécialisés ou encore sur des sites Web destinés au logiciel (comment fonctionne-t-elle, avec quel outil pourrait-on comparer, etc...).

En une dizaine de lignes, expliquez les caractéristiques et le fonctionnement de cette commande.

 

3. Questions de méthodologie.

a) Regardez l'image donnée; c'est un "bouton" destiné au web (c'est-à-dire une zone cliquable qui emmène vers une autre page). Expliquez, étape par étape, comment vous réaliserez cette forme uniquement avec les outils de sélection vus dans ce fascicule. Soyez le plus précis possible, une personne lisant vos explications doit poivoir exécuter cette image. N'oubliez pas de décrire les paramètres de votre nouveau document, indiquez le placement de vos repères, les touches utilisées pour la contrainte et la combinaison des formes... Pour plus de clareté, vous pouvez faire un petit schéma très simple montrant la "construction" de la flèche avec les différentes formes utilisées. Décrivez ensuite les outils et commandes nécessaires pour colorer les éléments.

b) Quel détourage pour quelles image? Cherchez des photos avec un arrière-plan et un sujet principal que vous pourriez détourer. Choississez-en trois nécissitant chacune l'utilisation d'un outil de détourage bien spécifique, ou la combinaison de plusieurs outils. Il faut que vous utilisiez au moins trois outils de sélection différents. Justifiez, en quelques lignes, le choix de l'outil 'ou de la combinaison d'outils) en fonction de l'image et expliquez comment vous procéderiez pour la détourer.

Critère de notation: Précision et pertinence des réponses; pour la question II, qualité de la recherche et interprétation personnelle.

 

..................................................

 

Correcteur: Mr J.P. Roux

Note : 15/20

Appréciation: Voir quelques conseils sur la feuille jointe.

 

 

25 sept. 2014

L'aquarelle (devoir n°2) énoncé - appréciation - note

La demande: Réaliser un paysage.

Le matériel: Une feuille de papier blanc format A4; un tube ou goblet d'aquarelle de couleur orange; un chiffon; un récipient avec de l'eau; une éponge; du ruban adhésif; un réglet; un cutter; des pinceaux de différentes tailles; un bâton de cire ou de la gomme de réserve; un support rigide; la photographie d'un paysage (que vous avez réalisée ou prise dans un magasine ou un livre). Si ce paysage se trouve près de chez vous, vous pouvez aussi travailler directement en extérieur face à lui.

Le but: Il s'agit de peindre ce paysage en lavis sur fond sec avec une seule couleur. vous devrez travailler principalement les contours, maîtriser les dégradés et utiliser des techniques énoncées dans la leçon 3 pour obtenir des blancs aux endroits voulus. N'oublier pas de joindre une photographie du paysage au devoir.

Critère de notation: Respect et compréhension du sujet; qualités plastiques; maîtrise des médiums demandés pour le devoir; pertinence et engageent artistique.

(Personnellement, ne pratiquant pas l'aquarelle d'habitude, j'ai trouvé cet exercice fort plaisant même si je l'avoue l'avoir pratiqué à l'aveugle et que je n'ai pas suivis à la lettre voir pas du tout les leçons du cours. J'ai préféré essayer de faire avec le peu de connaissance que j'avais d'avant.)

 

..................................................

 

Correcteur: Mme J.Fraud

Note : 16/20

Appréciation: Très jolie travail, léger, senssible, surtout sur le travail des bottes et arbre du plan intermédiaire. Plissez les yeux en regardant votre photo. Plus dans les tons moyens et foncés. Osez affirmer les masses d'arbres: plus de reflets et aller vers les noirs. Superposez les couches; ne pas passer trop de fois un pinceau trop sec sur le papier: abîme le grain.

Wouahh qui le cru, je ne pensais pas que mon travail plairait ainsi! Car quand je l'ai rendu, j'avais l'impression d'avoir tout, tout loupé. Puis, une fois rendu et pris du recul, en effet cela ressemblait bien enfin presque à mon paysage. Et j'avoue, passer plusieurs fois au même endroit abîme le grain voir fait des trous dans le papier. Je pense que c'est un exercice que j'essaierais de pratiquer un peu plus souvent à l'avenir car cela m'a bien plus.

 

 


Haut de Page